VMware Zimbra interviewé sur l’évolution de la solution

StarXpert a aujourd’hui l’honneur d’interviewer VMware Zimbra, éditeur de la messagerie collaborative éponyme. Afin d’obtenir pour vous des informations de première main, nous sommes allés au siège social de VMware en Californie, rencontrer Andrew Hawthorn, Senior Director of Products de Zimbra. Cet entretien en anglais est traduit en français. (Nous avons laissé la version originale pour ceux qui préféreraient.)

StarXpert: What is your role at Zimbra? Quel est votre rôle chez Zimbra ?

Andrew Hawthorn: I am the Senior Director of Products for the VMware Collaboration business unit. I run both the Product Management and Product Marketing teams, and I’m responsible for all product strategy and Go To Market activities.

Je suis Directeur Produit Senior de la division Collaboration chez VMware. Je gère les deux équipes Produit (Chefs de Produit et Chefs de Produit Marketing) et je suis en charge de la stratégie produit et des activités d’introduction des nouveaux produits sur le marché.

StarXpert: How do you explain Zimbra’s spectacular success (number 3 solution in a mere 6 years)? Comment expliquez-vous le succès spectaculaire de Zimbra (3ème solution de messagerie au monde en seulement 6 ans) ?

Andrew: Zimbra’s success is due to a combination of several factors. First, we are truly a next-generation platform architected for both public and private clouds.  Unlike existing desktop-centric solutions, VMware Zimbra is “your cloud” available for you on any device, any browser, any desktop, online or offline, anywhere, anytime. It is an open solution, providing nearly limitless extensibility to web services and applications. VMware Zimbra also simplifies administration, such as with an installation time of less than 10 minutes, and that simplification has driven down the total cost of ownership. All together, Zimbra is a very viable alternative to Microsoft and IBM, and the market reflects that.

Le succès de Zimbra est dû à un ensemble de facteurs. D’abord, notre plate-forme est vraiment de nouvelle génération, avec une architecture conçue pour le cloud privé et le cloud public. Contrairement aux solutions existantes, centrées sur le poste de travail, VMware Zimbra devient votre « cloud », accessible depuis tout type de smartphone, navigateur, poste de travail, en ligne ou hors ligne, où que vous soyez et à tout moment. C’est une solution ouverte, avec des possibilités quasi illimitées d’extension par les web services et les applications externes. VMware Zimbra simplifie aussi l’administration, avec par exemple une installation en moins de 10 minutes, ce qui réduit le coût total de possession. VMware Zimbra est une alternative tout à fait viable à Microsoft et IBM, et le marché le reflète.

StarXpert: What has been the impact of the acquisition of Zimbra by VWware? In terms of development, support, roadmap…? Quel a été l’impact de l’acquisition de Zimbra par VMware ? En termes de développement, support, feuille de route… ?

Andrew: VMware’s acquisition of Zimbra has been monumental in terms staffing, support, product integration and offerings, roadmap – even in terms of vision. VMware has doubled our resources and we are a key cog in the vision of end-user computing – which is revolutionizing the way organizations deliver IT-as-a-Service. Our average support case resolution time continues to decrease. We have been able to leverage vSphere in ways that Microsoft cannot — to provide functionality like high availability and disaster recovery. Zimbra 7 was our most feature-reach and robust release ever, and we have several remarkable new products in the queue.

L’acquisition de Zimbra par VMware a eu un effet colossal en terme de nombre de personnes, de support, d’intégration produit, d’offre et de feuille de route – même en terme de vision. VMware a doublé nos ressources et nous sommes un élément clé de la vision de VMware concernant le poste de travail des utilisateurs – laquelle révolutionne la façon dont les organisations fournissent l’informatique en tant que service. Notre temps moyen de résolution de cas de support continue à décroître. Nous sommes bien mieux à même de tirer avantage de vSphere que Microsoft – en fournissant des fonctionnalités telles que la haute disponibilité et de reprise d’activité en cas de panne majeure. Zimbra 7 est à ce jour notre version la plus riche en fonctionnalités et la plus robuste, et nous avons plusieurs excellents nouveaux produits en cours de développement.

StarXpert: According to Zimbra’s Release Notes, Instant Messaging will be replaced by something else. How do you see the future of communication  (voice, video, chat) in Zimbra? Selon les notes de version de Zimbra, la messagerie instantanée est appelée à être remplacée par autre chose. Comment voyez-vous le futur de la communication (voix, vidéo, chat) dans Zimbra ?

Andrew: VMware Zimbra provides a platform for collaboration, including the ability to create extensions — Zimlets — to third-party applications like voice, video and chat. We have partners who have built Zimlets for activities like click-to-call [Ed. - StarXpert has created a click to call Zimlet for Cisco], instant messaging and video chat through Skype, voice mail retrieval and the like.  We see it as our core mission to provide functionality such as social networking, team communication and sharing, and file-based collaboration; zimlets provide us with the reach to address changing needs over time.  Because of this, Zimbra is future-proofed.

VMware fournit une plate-forme de collaboration comprenant la possibilité de créer des extensions – les Zimlets – pour intégrer des applications tierces telles que la voix, la vidéo et le chat. Nos partenaires ont créé des Zimlets pour les activités telles que le « cliquer pour appeler » [NDLR - StarXpert a créé une zimlet "click to call" pour Cisco], la messagerie instantanée et la communication vidéo par Skype, la consultation de boîte vocale et autres. Notre mission principale consiste à fournir des fonctionnalités telles que le réseau social, la communication et le partage au sein d’une équipe et la collaboration autour de fichiers; les zimlets nous permettent de nous adapter au changement de besoins au fur et à mesure qu’ils évoluent. Ainsi, Zimbra est conçu pour évoluer avec les tendances du futur.

StarXpert: Recent events in Japan highlight the importance of a system geared towards zero mailbox downtime. What is Zimbra’s approach/policy? Les événements récents au Japon ont montré l’importance d’avoir un système visant la tolérance zéro aux pannes. Quelle est l’approche/la politique de Zimbra ?

Andrew: Email is increasingly seen as a mission-critical infrastructure component worthy of full disaster recovery functions. The combination of VMware Zimbra with VMware vSphere makes for the industry’s best clustering solution for high availability and disaster recovery. VMware vSphere automatically identifies when a server has gone down and will automatically redirect traffic to an operating server, regardless of where that server is physically located.

L’email est considéré de plus en plus comme une mission critique au sein de l’architecture, méritant un plan de reprise d’activité. L’association de VMware Zimbra et de VMware vSphere représente la meilleure solution de clustering pour la haute disponibilité et la reprise d’activité. VMware vSphere identifie automatiquement les interruptions de service et redirige automatiquement le traffic vers un serveur en fonctionnement, peut importe où est situé le serveur en question.

StarXpert: How does Zimbra compare with other solutions in terms of TCO? Scalability? Comment peut-on comparer Zimbra par rapport aux autres solutions en termes de Coût Total de Possession ? De montée en charge ?

Andrew: Our customers consistently report between 30-50% savings over legacy products such as Microsoft Exchange, IBM Lotus Domino and Novell Groupwise. This is due in part to significantly lower license costs (especially when factoring in OS license costs), as well as significantly fewer resources (both human and machine) needed to deploy the system and keep it running. Zimbra also scales much easier than typical legacy systems, particularly through Hierarchical Storage Management for much larger mailboxes (into the multiple GB) and many more mailboxes (millions in several customer examples).

Nos clients nous rapportent constamment des économies de 30 à 50% par rapport aux solutions antérieures telles que Microsoft Exchange, IBM Lotus Domino et Novell Groupwise. Ces économies sont en partie dues au coûts de licences nettement inférieurs (surtout si on prend en compte le coût du système d’exploitation, mais aussi des besoins en ressources nettement inférieurs (en hommes et en machines) pour déployer le système et pour le maintenir en état de marche. Zimbra assure beaucoup mieux la montée en charge que les autres solutions, en particulier par la Gestion Hiérarchique du Stockage pour les boîtes mail de taille importante (de plusieurs Go) et dans le cas de nombreuses boîtes mail (jusqu’à plusieurs millions dans le cas de certains clients).

StarXpert remercie chaleureusement Andrew Hawthorn pour cet entretien.

Pour en savoir plus

Visionnez une vidéo à la demande de démonstration de Zimbra.

StarXpert sera présent au VMware Forum le 3 mai au CNIT.

Ajouter des fonctionnalités à la console d’admin d’Alfresco Share

Parmi les nombreux atouts d’Alfresco on peut citer la possibilité d’étendre l’API par l’ajout de webscripts. Ces webscripts n’étant pas intégrés à Share, ils ne sont accessibles qu’en tapant leur url, ce qui impose bien évidemment de connaître l’url en question ! Ne serait-ce pas plus pratique si on pouvait sélectionner le webscript dont on a besoin depuis la console d’administration d’Alfresco Share ? StarXpert vous propose de découvrir comment.

Première étape : ajouter un item à la console d’administration

Remarque: toutes les modifications se font sur Alfresco Share.

L’ajout d’une fonctionnalité à la console d’administration s’effectue en deux temps:

  1. Création du webscript correspondant à la nouvelle fonctionnalité.
  2. Modification des fichiers XML de configuration

1. Création du WebScript

Il faut tout d’abord créer un webscript de la famille admin-console qui doit être placé dans Share dans le dossier /site-webscripts/org/alfresco/components/console.

Remarque : Share considère les webscripts du package org.alfresco.components.console comme des webscripts de la console d’Administration.

1.1 Fichier de configuration du webscript : nomDuWebscript.get.desc.xml

<webscript>
<shortname>StarXpert </shortname>
 <description> Déscription </description>
 <url>/components/console/nomDuWebscript</url>
 <family>admin-console</family>
</webscript>

1.2 Fichier template (présentation) : nomDuWebscript.get.html.ftl .

Vous pouvez aussi créer un fichier de traitement js/Java si la fonctionnalité l’exige.

Pour voir le résultat et faire apparaître la nouvelle fonctionnalité dans la console d’administration il suffit d’actualiser les webscripts sur Alfresco Share (http://localhost:8080/share/service/). Il nous faut maintenant configurer le titre de la nouvelle fonctionnalité.

2. Modification des fichiers XML de configuration Share

Pour configurer le nom affiché sur la console d’administration, il faut ajouter les 2 lignes suivantes au fichier slingshot.properties (/WEB-INF/classes/alfresco/messages/slingshot.properties) :

tool.nomDuWebscript.label= StarXpert Item
tool.nomDuWebscript.description=StarXpert Item

Remarque : nomDuWebscript dépend du nom de mappage url donné dans le fichier de description du webscript

Deuxième étape : Ajouter un item au menu « More » sur share

Lors de la création du nouvel item sur le menu « More » (« Outils » dans la version française), il faut faire pointer l’item vers le webscript précédemment créé.

Dans le fichier share-config.xml (/WEB-INF/classes/alfresco/share-config.xml), la balise <app-items> contient tous les éléments du menu « More » et leurs permissions.

Dans la balise <app-items>, ajouter un conteneur avec les privilèges souhaités :
<container-group id= »tools » permission= »admin »>
<item type= »link » id= »StarXpertItem »>/console/admin-console/nomDuWebscript</item>
</container-group>

Attention : /console/admin-console/nomDuWebscript ne correspond pas au mappage URL du webscript, mais précise la région graphique dans laquelle apparait le webscript.

Pour afficher correctement le nom de l’item sur le menu il faut modifier le fichier slingshot.properties en ajoutant les 2 lignes suivantes

 header.StarXpertItem.label=StarXpert Item
 header.StarXpertItem.description= StarXpert Item

On peut également personnaliser le menu avec une icône au format png (16*16 pixels) : StarXpertItem.png et placer l’icône dans le dossier : /components/images/header/.

Redémarrer Alfresco pour voir le résultat.

Remarque: La modification des fichiers share-config.xml et slingshot.properties n’est pas recommandée car lors d’une mise à jour, ces fichiers seront réinitialisés. Il est recommandé de packager ces développements dans un module ou sous forme d’extension. Les mécanismes d’extention de Share ont été améliorés avec Alfresco 3.4, ils feront l’objet d’un article sur ce blog prochainenement.

LibreOffice : un développeur interwievé

Pour ce deuxième volet, StarXpert interview Cédric Bosdonnat, un développeur particulièrement actif parmi la communauté LibreOffice.

StarXpert : Quel est ton rôle au sein de la Document Foundation ?

Cédric Bosdonnat : The Document Foundation n’existe pas encore en temps qu’entité juridique : je n’y ai donc pas de rôle particulier. Par contre lorsque cela sera mis en place je serai un contributeur. Pour ce qui est de ma contribution, je suis développeur de Writer.

StarXpert : La Document Foundation a maintenant 6 mois, peux-tu nous décrire l’évolution du projet ?

Cédric : Il me semble que les statistiques du nombre de developpeurs / traducteurs parlent d’elles mêmes: http://cedric.bosdonnat.free.fr/wordpress/?p=758

Nous avons un important nombre de contributeurs qui n’étaient pas présents sur le projet OpenOffice.org avant le fork : mi-février, nous comptions 133 nouveaux développeurs depuis le début de l’aventure LibreOffice. Tous ne contribuent pas régulièrement, nous voyons énormément de cas de contributeurs très ponctuels ce qui n’était pas envisageable avec l’assignement de copyright.

StarXpert : Avez-vous atteint votre indépendance dans le développement de LibreOffice ou continuez-vous d’intégrer les évolutions d’OpenOffice.org ?

Cédric : Nous sommes indépendants dans le développement de LibreOffice, mais cela ne nous empêche pas de considerer OpenOffice.org comme un contributeur de LibreOffice. Les modifications de OpenOffice.org sont intégrées périodiquement à LibreOffice.

StarXpert : Quels sont les moyens dont dispose la Document Foundation pour mener à bien le développement de LibreOffice ? Le rachat de Novell risque-t-il de changer son implication dans le projet ?

Cédric : Concernant les moyens de The Document Foundation on peut dire que :

  • l’appel de fond de 50 000 euros pour la création de la fondation a été largement dépassé
  • Novell, RedHat et Canonical travaillent de concert sur LibreOffice, de nombreux développeurs nous rejoignent

Les entreprises souhaitant contribuer financièrement à The Document Foundation et LibreOffice seront rassemblées dans un Advisory Board comme il en existe dans d’autres fondations telle que la Gnome Foundation. Cet Advisory Board conseillera et pourra faire des propositions au Board of Directors de la fondation. La réflexion sur ce sujet est disponible sur le wiki de The Document Foundation:
http://wiki.documentfoundation.org/TDF/Advisory_Board

Le rachat de Novell n’aura pas d’impact sur le développement de LibreOffice à court ou moyen terme. Pour le reste, il faut consulter les oracles ;)

StarXpert : Peux-tu nous en dire plus sur la feuille de route de LibreOffice ? Quid de la réécriture du moteur (abandon de C++ au profit de python ?) et du tableur évoqués dans la presse ?

Cédric : Ces réécritures mentionnées par la presse sont des projets ambitieux à long terme. On ne peux pas dire que ca soit prêt à sortir.

En savoir plus

StarXpert a rédigé pour vous un document présentant en détails les nouveautés et spécificités de LibreOffice 3.3 et illustré de copies d’écrans.

OpenOffice.org : Oracle interviewé

Le blog de StarXpert s’enrichit d’interviews d’acteurs du monde documentaire open source.

Notre premier invité de marque est Gilles Gravier, Open Source Director for Public Sector chez Oracle. Gilles nous parle d’OpenOffice.org et de l’ensemble de l’offre bureautique d’Oracle.

StarXpert : Plusieurs mois se sont écoulés depuis l’acquisition de Sun par Oracle. Avec le recul, quel a été l’impact de cette acquisition sur un produit comme OpenOffice.org ?

Gilles Gravier : Tout d’abord, il faut se souvenir que lors du processus administratif de l’acquisition, Oracle avait promis de continuer à développer OpenOffice.org, et même d’y consacrer plus de ressources que Sun ne l’avait fait auparavant. Regardons un peu ce qui, depuis, c’est passé autour d’OpenOffice.org.

Le développement a continué de progresser. Le premier résultat a été la sortie d’OpenOffice.org version 3.3. On constate l’intérêt stratégique d’OpenOffice.org pour Oracle puisque quand la version 3.3 est sortie, elle a été disponible en version libre, téléchargeable librement sur http://www.openoffice.org/ (ceci ne change, et ne changera pas dans le futur), mais aussi, basé sur le même binaire, est sortie une version commerciale appelée Oracle Open Office Enterprise Edition. Celle-ci comporte le même produit open source à son cœur, mais intègre en plus des fonctionnalités d’entreprise (connecteurs vers des outils comme MySQL, SharePoint, Alfresco, Oracle E-Business Suite, et Oracle Business Intelligence Server) ainsi qu’une offre de support, qui la destinent vraiment à l’usage en entreprise

Mais cela ne s’arrête pas là, puisque la version 3.4 est déjà disponible en version Alpha sur le site OpenOffice.org afin de permettre aux utilisateurs de tester les futures fonctionnalités que nous sommes en train d’y introduire.

StarXpert : Comment Oracle a-t-il fait évoluer l’offre autour d’OpenOffice.org ?

Gilles Gravier : Parmi les évolutions, Oracle propose des contrats de support pour votre suite bureautique open source préférée. Ainsi, si vous utilisez OpenOffice.org et que vous souhaitez avoir du support de la part de l’éditeur d’OpenOffice.org, vous pouvez souscrire à un contrat Oracle Premier Support pour le produit open source OpenOffice.org et avoir la même qualité de support que pour les autres produits d’Oracle.

StarXpert : Est-ce qu’OpenOffice.org va rester open source ?

Gilles Gravier : Bien sur ! C’est même l’élément clé de son succès, c’est pourquoi cela va continuer. Le modèle de développement change un peu, mais les mécanismes de contribution, eux, n’ont pas changé. Cela se fait toujours depuis le site http://www.openoffice.org/ (et en particulier sur http://contributing.openoffice.org/). La licence de OpenOffice.org reste LGPL v3.

En parallèle, l’offre Oracle autour du format ODF va s’étendre, aussi par des produits non open source. Par exemple avec l’arrivée de Oracle Cloud Office. Ce produit vient compléter l’offre OpenOffice.org par une version dans le cloud. Cette version pourra être hébergée dans votre informatique, ou chez un hébergeur. Elle permet d’éditer, partager, accéder à ses documents depuis un navigateur web, et dans une certaine mesure depuis un mobile iPhone ou Android. Plus besoin de transporter un PC lourd pour pouvoir utiliser ses documents.